#5 LA CHANSON PERDUE DE MIREILLE

J’ai rêvé d’un nain.

Il était muet.

Il s’exprimait à l’aide d’un juke box.

Il pointait des titres du doigt sur la machine retro;

je devais comprendre le message.

Le juke box appartenait à Mireille.

Il jouait la bande-son de ses années: les soixante.

Quand j’ai rencontré Mireille dans son bar, je l’entendis.

Ces mots pesaient comme des notes très simples et très vivantes:

« Moi j’aime les chansons tristes. Pourtant je ne suis pas une femme triste, je suis plutôt gaie ».

Elle chanta alors Anne Vanderlove. Dans son bar. A Brest. Recouvrance.

Je restais le temps de quelques soirées dans cette ambiance années soixante.

Et le temps de ces slows, je me laissais croire que c’était mieux avant et qu’il n’y avait vraiment rien de bien aujourd’hui.

Je découvrais avec Mireille cette époque où Claude Leroux chantait La Fille de Recouvrance on the air.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *